GlobalGeoNews / Algérie : Women’s lives matter.


GlobalGeoNews / Algérie : Women’s lives matter.

Article
Accueil GlobalGeoNews
 
| GlobalGeoNews | Société | Analyse  Vu 83428 fois
Article N°24173

GlobalGeoNews / Algérie : Women’s lives matter.

reuters

En Algérie, on ne compte plus les femmes tuées sous les coups  de leurs conjoints. Mais le voile se lève sur les violences qu’elles subissent et les réseaux sociaux ont révélé l’ampleur du drame. Reportage de Amira-Géhanne Khalfallah


Amal vit à Jijel, petite ville portuaire de l’est algérien dont personne n’aurait entendu parler si dans les années 90, elle n’avait été le fief de l’AIS, le bras armé du tristement célèbre Front Islamique du Salut. A cette époque, les femmes avaient été kidnappées, violées, tuées…

Aujourd’hui la guerre est bien loin mais les violences faites aux femmes perdurent. Amel les vit dans son corps régulièrement. La jeune femme de 35 ans, habite une pièce qu’elle partage avec ses deux enfants et un mari violent qui n’hésite pas à la frapper au moindre écart ou maladresse. Coiffeuse de métier, c’est elle qui fait vivre la famille. Son salon de coiffure n’est pas très fréquenté.  Elle l’a ouvert il y a 10 ans déjà, grâce à un prêt ANSEJ que le régime Bouteflika attribuait à tour de bras au début des années 2000 pour obtenir une paix sociale. Dans son salon, elle passe plus de temps à essayer de dissimuler les coups qu’elle reçoit que de s’occuper de ses rares clientes. Quitter son mari ? Elle n’y pense même pas « Il me retrouvera où que j’aille et ne me laissera jamais en paix tant qu’il est en vie !». 

Depuis le confinement, comme partout ailleurs dans le monde, les violences faites aux femmes n’ont cessé d’augmenter. Le cas d’Amel n’est malheureusement pas isolé.  (...) 

Retrouvez l'intégralité de ce reportage sur GlobalGeoNews.com

 


Amira-Géhanne Khalfallah

Lien :https://www.globalgeonews.com

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant