A l'occasion de la signature d'un nouveau traité d'amitié entre l'Allemagne et la France, Joachim Lang, directeur général de la Fédération de l'Industrie allemande @Der_BDI , déclar
| Europe | Actualité | Divers  Vu 109945 fois
Article N°22178

A l'occasion de la signature d'un nouveau traité d'amitié entre l'Allemagne et la France, Joachim Lang, directeur général de la Fédération de l'Industrie allemande @Der_BDI , déclar

« Des mesures concrètes doivent suivre »

« La signature envoie un signal fort: la coopération franco-allemande doit reprendre de la vitesse. Une forte cohésion franco-allemande est nécessaire, surtout dans la perspective du Brexit à venir, pour redonner de l'élan à l'Europe. L'Europe a un besoin urgent de ce nouveau départ.

Le nouveau traité d'amitié ne doit pas se limiter aux déclarations d'intention. Des étapes concrètes doivent suivre - par exemple dans le domaine de la numérisation. L'Allemagne et la France doivent jouer un rôle moteur dans le développement des applications de l'intelligence artificielle (IA) en Europe. La collaboration des entreprises françaises et allemandes est cruciale pour le succès de la coopération.

Afin d'approfondir la coopération franco-allemande en matière de défense et de sécurité, les responsables politiques doivent maintenant créer un cadre juridique adapté. Seul un accord sur l'exportation de systèmes développés conjointement permettra à l'Allemagne et à la France de réunir leurs forces dans le domaine de la défense et de concrétiser des projets d'armement communs.

L'étroite coopération dans la lutte contre le changement climatique convenue dans le traité est une impulsion importante. Afin de créer des conditions-cadres comparables au niveau international, l'Allemagne et la France doivent préconiser l'introduction progressive d'un signal-prix du CO2 comparable dans les pays du G20.

Il est encourageant que les deux pays souhaitent renforcer l'Union économique et monétaire. Pour y parvenir, un futur budget de la zone euro doit également avoir une fonction stabilisatrice. 

La condition préalable à un espace économique franco-allemand intégré, comme l'exige le traité d'Aix-la-Chapelle, est une assiette commune consolidée pour l'impôt sur le revenu des sociétés. Cela montre l'absurdité pour l'Allemagne de faire cavalier seul dans sa version de la taxe professionnelle.» 

La Fédération de l'industrie allemande (BDI) est l'organisation faîtière de l'industrie allemande et des services liés à l'industrie. Elle comprend 35 associations sectorielles et plus de 100,000 entreprises avec environ 8 millions salariés. L'affiliation est volontaire.

Fédération de l'industrie allemande   

Membre de BUSINESSEUROPE


Source Fédération de l'industrie allemande

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant