la cité de l’espace a 20 ans  @CiteEspace #Toulouse #spacial #TvLocale.fr
| Occitanie | Aeronautique | Actualité  Vu 38784 fois
Article N°18722

la cité de l’espace a 20 ans @CiteEspace #Toulouse #spacial #TvLocale.fr

Vingt ans, C'est l'âge de la maturité pour la cité de l’espace. La Cité de l'espace est aujourd'hui clairement positionnée, reconnue et légitimée. Le public a compris ce qu'elle était  il n’u a qu’à voir simplement aujourd’hui l’explosion  , la masse considérable  de tous ces gens qui viennent et reviennent des années après avec leurs enfants. Entre 2006 et 2011, le site enregistrait autour de 270 000 visiteurs par an. Avec notre nouvelle stratégie de communication à savoir apprendre ,être curieux, nous atteignons désormais les 323 000 visiteurs par an. Ce n’est pas un parc d'attractions contrairement à ce que l’on pourrait penser !

 Nouveau record de fréquentation pour 2016 -2017
La ville de Toulouse a gagné en attractivité touristique et avec la déferlante Thomas Pesquet ça va continuer, nous serons au-delà des 350 000 visiteurs en 2017. Mais il ne suffit pas d'avoir un astronaute français dans la Station spatiale, l'engouement pour la Cité est réel : le site a son public et sa communauté.

Tout n'a pourtant pas été parfait...
Effectivement. Les trois premières années, le site a bénéficié de l'effet curiosité avec 320 000 visiteurs au démarrage. Puis, il a perdu ce public qui a choisi de ne revenir qu'au bout de plusieurs années ou qui a été déçu. Et, en 2001, il y a eu l'explosion de l'usine AZF qui a marqué la ville de Toulouse, y compris au niveau des sites touristiques. La Cité est alors descendue à 245 000 visiteurs annuels, chiffre qui s'est maintenu jusqu'en 2014. Il a fallu alors se poser la question du positionnement de la Cité de l'espace : lieu de culture, lieu de culture scientifique ? Elle a finalement répondu à une attente d'un public curieux, au besoin de la filière aérospatiale qui voulait un outil de compréhension pour communiquer sur ses métiers, et à l'envie des collectivités locales de faire savoir qu'on est ici dans la capitale européenne de l'espace. Des familles mais aussi des institutionnels envoient du courrier à Thomas Pesquet, ici, à la Cité de l'espace ! C'est drôle mais c'est aussi un signe de notre reconnaissance. En taille, en contenu et en fréquentation, nous sommes le plus grand site en Europe dédié au spatial, nous devons tenir ce leadership.

Comment sera la Cité dans dix ans ?
Nous aurons rénové pas mal de choses et avec le simulateur de lancement spatial capable de vous faire ressentir les «  G » ces accélérations que subit le corps lors d’un décolage..  nous devrions monter à 360 000-370 000 visiteurs annuels, en attirant notamment un public jeune. Et de 118 salariés en 2016 nous passerons à 140 en 2022.


Claudie André-Deshays, épouse Haigneré, née le 13 mai 1957 au, présidente d'universcience à Paris entre 2010 et 2015, actuellement ambassadrice et conseillère auprès du directeur général de l'ESA. Elle a été la première femme française dans l'espace. Elle est l'épouse du spationaute Jean Pierre Haigneré

Après onze années de sélection, Claudie Haigneré commence le 17 aout 1996 un vol de seize jours à bord de la station orbitale russe Mirdans le cadre de la mission franco-russeCassiopée  pour effectuer de nombreuses expériences médico-physiologiques, techniques et biologiques.
En mai 1998, elle rejoint la cité des étoiles comme astronaute suppléante pour la mission franco-russe Perseus qui débute, en février 1999, à bord de Mir. Elle suit un entraînement complet d'ingénieur de bord de la station et de cosmonaute sauveteur de vaisseau Soyouz
En janvier 2001, elle rejoint à nouveau la cité des étoiles pour un entraînement de neuf mois pour la mission Andromède. Première astronaute française à voler à bord de la station spatiale internationale (ISS), Claudie Haigneré, ingénieur de bord no 1, réalise un programme expérimental dans divers domaines.
( sources : wikipédia/cité de l'espace )

christian GARCIA

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • Aucun commentaire pour l'instant